EXHIBITION

September 29 > December 17, 2018

Sabine Van Paemel Gallery
Lekedorpstraat 13/15
8600 Diksmuide

Open
Saterday, Sunday & Monday
from 2 to 6 pm
or by appointment
32 (0)476 42 42 13

 

Superbe écriture si proche de l'abstraction et pourtant pleine de poésie et de sensibilité.
Harmonie rare des couleurs.

J.A. Akoun, Akoun.com
October 4, 2016

 

 

L’artista lavora nell’ambito dell’arte astratta adottando uno stile molto delicato ma allo stesso tempo raffinato ed incisivo.
A livello tecnico Geneviève Nicolas raggiunge altissimi livelli sia per quando riguarda le capacità compositive che per l’uso drammatico ma allo stesso tempo elegante del colore e della luce.
Sono opere di grande equilibrio e tutti questi elementi perfettamente bilanciati tra loro creano delle opere molto suggestive che catturano l’occhio dello spettatore con il loro fascino misterioso.
Appare davvero ardua l’impresa di dare un significato esaustivo a questi lavori di quest artista belga, l’arte astratta rappresenta un momento personale che puo diventare assoluto o essere condiviso con lo spettatore che se ne lascia affascinare.
L’incontro tra i diversi piani compositivi di queste tele da vita a delle fratture o a texture frastagliate, a dei segni, a linee e forme che diventano il fulcro della composizione stessa ; il punto su cui concentrarsi.
E’ come se l’incontro di momenti e di esperienze o semplicemente di pensieri creassero delle cicatrici dei punti cardine che segnano forse una svolta un momento decisivo o semplicemente un ricordo che ci ha segnati nel profondo.
La memoria e le esperienze che tutti i giorni viviamo agiscono come un vento costante e tenace sulla superficie rocciosa erodendola e segnandola con il tempo, lasciandone dei segni visibili e modellandola nelle forme.
I ricordi e le esperienze agiscono allo stesso modo su di noi lasciando dei segni, plasmandoci e segnando la nostra via, il nostro percorso.
Se partiamo da questo punto di vista possiamo cercare di capire il mood di ogni dipinto prendendo in esame colori e sfumature, non solo abbandonandoci al loro fascino ma cercando di andare più a fondo.

                                                                                                                                                                                Marcello Cazzaniga
                                                                                                                                                                        Shamal, il vento creativo
                                                                                                                                                                                    September 2016

 

 

Die abstrakten Gefüge der belgischen Malerin Geneviève Nicolas entstehen aus einem inneren Impuls, der sich in ganz zarter, aber auch in fulminanter Gestalt äussern kann. Dabei entstehen besondere Formen, die kantig reissen (Sans titre 22) oder sich rund wölben (Equinoxe). Faszinierend ist dabei, dass jede dieser Formen ihre ganz eigene Anmutung hat, die Nicolas mit Grösster Sorgfalt ausarbeited und positioniert. So lässt sie die eine wie aufgeworfenes Papier Förmlich ins Auge des Betrachters springen, eine andere dagegen führt sie gänzlich in die Fläche Zurück. In ihrem lebendigen Zusammenspiel ergeben sie dabei ein spannungsvolles Ganzes. Die Grau- und Brauntöne für die Formationen, die aus einem dunkel gehaltenen Hintergrund aufsteigen, bereichert Nicolas in ihren jüngsten Werken mit Spuren von Rot und Grün (Solstice 8).
Wenn die Künstlerin ihre Arbeiten in Acryl grundiert und anschliessend mit Ölfarbe bearbeitet, lässt sie sich nicht nur vom Eigenleben der Farben inspirieren, sondern auch von deren Gerüchen. Von beidem wird sie in Ebenen jenseits von Verstand und Absicht geführt, wodurch manche Gesten fast automatisch entstehen. Das Vordringen in tieferliegende Schichten zeigt sich dabei sogar in seiner materiellen Erscheinung : Etwas aus dem Bildzentrum gerückt, klafft in Sans titre 22 ein senkrechter Spalt, der sich mit den Rotfärbungen an den Rändern wie eine Wunde auftut. Das helle Weiss der dahinterliegenden Ebene wirkt wie ein flüchtiger Lichtblick, zu dem uns die Künstlerin in berührender Weise hinführt.

                                                                                                                                                                                                          Ingrid Gardill                                                                                                                                                                                      Internationale Kunst Heute 2016

 

 

Für die belgische Malerin Geneviève Nicolas ist die Leinwand ein sensibler Ort des Dialogs mit ihrem wahren Selbst. Sie führt nicht die Farbverläufe, vielmehr wird sie von diesen gelenkt. Zunächst aber grundiert sie jede Leinwand mit einem gestisch angelegten, zufällig entstehenden Auftrag von Acrylfarbe als Vorbereitung für den darauf folgenden, wesentlichen Malprozess mit Ölfarbe. Es ist auch der Geruch und die Konsistenz der Ölfarbe, die Nicolas inspiriert. Dabei ist die Palette weitestgehend auf Braun-, Grau- und Rottöne begrenzt. Nach dem ersten Farbauftrag unterbricht die Künstlerin den Malvorgang, lotet die Leinwand aus und erspürt, an welcher Stelle sie einen Zugang findet. Erst dann beginnt sie mit dem sukzessiven Anlegen der abstrakten Formen, die häufig wie zerrissenes, abstehendes Papier wirken. Die angedeutete Dreidimensionalität verleiht den Werken räumliche Tiefe, die dort am stärksten wirkt, wo das Licht durchbricht. Es tritt entweder aus der Bildmitte (Illisible et secrète, Les voiles de la mémoire), oder direkt aus den papierartigen Formen hervor (Pleureuses). Es sind tatsächlich die Öffnungen innerhalb der Gebilde, die gemeinsam mit den eindrücklichen Lichteffeckten den Kompositionen Tiefenwirkung, Spannung und zugleich eine gewisse Zartheit verleihen. So führt die Intuition die Künstlerin in Räume, die sie virtuos auslotet und in denen sie den flüchtigen Erscheinungen eine ihnen gebührende Manifestation ermöglicht.

Ingrid Gardill
Internationale Kunst Heute 2015

 

 

The paintings of Belgian artist Geneviève Nicolas are abstract explorations of memory and moments. Nicolas describes her process as intuitive and instinctive, a journey to unlock her unconscious and release the marks life has left on her feelings and experiences. She works with bold, gestural application of acrylics and a meticulous application of oil paint, and through her abstract approach, the artist finds the freedom to express herself without censorship or restraint, although there is an internal logic to her work that emerges over time. Her painting style also reflects her consciousness of the transient nature of things and the precarious bonds that hold people together, something that she has had a strong sense of since childhood. Yet, almost paradoxically, through her work Nicolas gives permanence to things that are transient — such as light, memory and dreams.

Geneviève Nicolas describes herself as a “woman of the night,” but in many of her pieces there is an element of light, a break in the canvas through which she and the viewer enters. She comments that through her paintings she aims to discover more about herself – a self-reflective experience that may be shared by a sensitive viewer.

Agora Gallery, NY
Reconstructing Reality, November 29, 2014
Press release

 

 

Geneviève Nicolas, faille révélée

Sur une toile de lin préalablement encollée, elle étale de manière aléatoire l’acrylique, afin de créer un terrain propice au travail à l’huile. Une matière qu’elle apprécie pour sa sensualité. Ses gestes s’enchaînent et se superposent pour tracer et sillonner l’espace dans l’insaisissable.
Geneviève Nicola joue la carte de l’abstrait pour mieux se libérer.
« L’abstrait m’offre une très grande liberté. Je peux laisser parler quelque chose de moi que j’ignore et qui s’étale ainsi sur la toile, sans l’ombre d’un complexe, d’une quelconque censure. »

Ce besoin de liberté la pousse à créer son propre monde, à revendiquer sa subjectivité sous un défi qui partage quelques interrogations. Pendant qu’elle pose le regard sur la toile, elle cherche comment et par où tenter l’incursion.
« Instant méditatif, dans le silence et dans l’attente, je scrute la toile à la recherche de l’accident par où entrer. J'invoque le mystère jusqu’à ce qu’une logique se dégage, une logique intelligible de moi seule. Tant qu’elle ne se révèle pas, je ne peux pas avancer. »

Dans cette recherche où la composition se combine à l’exploration, une certaine tension apparaît. Une fêlure, un éclair se dessine, tel un fil rouge qui court d’une série à l’autre.
« Je travaille sans repère ni modèle. La série Fracture de lave est la seule exception. Elle m’a été inspirée par une faille entre deux roches qui laissait filtrer la lumière. C’était beau, simplement beau. Très vite, j’ai vu dans cette faille la silhouette d’un corps féminin. »

La représentation féminine apparaît, un champ des possibles se dessine, se fabrique telle une image-mirage. C’est une fissure, une faille, la frontière entre deux mondes. L’abstrait s’entaille pour laisser pénétrer le réel. L’artiste laisse le spectateur s’y introduire sous un éclat de lumière et de couleur.
Sa palette est en dualité. Le fond noir, cendré contraste dans ses dégradés avec la mystérieuse fracture et ses effets complexes transfigurant l’apparence. Sa charge fantasmagorique est soutenue par la lumière. Une clarté qui apparaît par halos. Les tons jaunes, blancs presque transparents se mêlent à une touche parfois plus saignante, rouge, orange. La coulée volcanique fraye petit à petit son chemin entre les cendres et l’obscurité.
« Quelquefois, j’ai un grand désir de couleur. Je souhaite qu’un jaillissement se produise, un éclatement, et la montrer dans tous ses états. »
Les traits de Geneviève Nicolas témoignent de sa projection ensevelie. Elle creuse et dépoussière le Pompéi de son subconscient pour nous offrir une parcelle de son histoire.
« Je suis en recherche des mémoires, ce qu’elles recèlent et que j’ignore. L’amoncellement par strates d’héritages, d’expériences oubliées, ou ignorées. Dans ma tentative de transparence, peut-être est-ce l’espoir qu’elles percent les voiles, se révèlent, me nourrissent, m’informent enfin de ce qui me fait. La jarre de Pandore en somme. »

Caroline Canault
canolinecritiks.blogspot.fr
August 13, 2014

 

 

Les voiles de la mémoire
Sont champs de nos oublis,
Constructions enrochées,
Flots irisés,
Tendresses et clartés.
Le temps s'écoule en avenir ;
Plus doux sont les souvenirs,
Estompes de nos blessures,
Écrin de nos futurs.
De la glaise noire de nos cicatrices,
S'élèvent les montagnes créatrices.
La vie est rose de Sienne,
Terres et vallées,
Émotions et contrées,
Paysages et racines.
Les voiles de la mémoire
Sont aussi de ces chants de lumière.

Sandra Dulier
(d'après Les voiles de la mémoire)
Arts et Lettres, May 27, 2014

 

 

Pour la plage brune
Il suffit de voiles cousues par la brise
Leur triangle formé de mémoire
Mosaïque aux parfums
Déposant bijoux marins
Accents d’horizon
Robes couleur de rivière

Cartes vives que la présence éveille

Des sommets finissent dans le ressac
Des glaciers rêvent d’îles

Des torrents dépassent l’écume
Et les anneaux du bois vont jusqu’au corail

Régis Roux
(d'après Sédiments de mémoires)
regis roux blog/genevieve nicolas, March 2014

 

 

Silence est le retour jusqu’à la lumière

Après le feu qui polit
Poussé par de l’encre

Comment former ce territoire intime ?

Une frontière se creuse
Pigmente la poussière
Calme la brume et la tempête

Elle imagine sa danse
Coupure bleutée

Elle imite une carte

Le matin comme un reflet possible

Régis Roux
(d'après Illisible et secrète)
regis roux blog/genevieve nicolas, March 2014

 

 

La paroi s’oublie si proche de l’entrée
Même les racines s’effritent
Portées par des gravures
Leur jeu blanc et rougi
Du cuir dispersé

Signature confondant passerelle et granit

Un souffle annonce
La dernière ombre

Coffre souterrain dont la serrure agrandit l’espace

Régis Roux
(d'après Sans titre 9)
regis roux blog/genevieve nicolas, March 2014

 

 

La blancheur ne tombe pas
Elle ouvre une écorce
Ecarte l’obscurité
La griffe au milieu

Elle accorde un appel sans bouclier
Un cercle pour la lenteur
Un retour que le sol ne connaît pas
Si fragile qu’il oublie la roche
Le point le plus profond
Là où le ciel recommence
Où du cristal s’éclaire au bord du vide

Régis Roux
(d'après Sans titre 15)
regis roux blog/genevieve nicolas, March 2014

 

 

C'est si fort, si nocturne, si mystérieux, si emportant et intemporel... de l'Art !

Luise Galm, February 2, 2012

 

 

Your creations represent exceptional achievements on a number of aesthetic fronts: conception, colour, rich three-dimensionality on a one-dimensional surface,brilliance of light, and above all variations in sensuousness. Lovely works.I am sure that you experienced ecstasy (aesthetic gratification) creating these works.

Mabel Lee, January 13, 2012

 

 

Emotions au carré
matérialité
de la couleur givrée
sur support marouflé

d'Icare au Casoar
Solitude et oubli

Aussi la Belgitude
le cul par dessus tête

la Feuille le Messager
rouge gris et papier
les taches alvéolées
accueillent des pensées

Australia déjà
glisse dans le passé
et livre le parcours
d'oeuvres sans énoncé

des Fractures de lave
se font démesurées
Apocalypse now

reste seul et dernier

belle vitalité
force calme posée
plénitude du monde
ramassée en carrés

Claudine Cassart, December 2009